Publié par : pintejp | mai 27, 2012

Web 2.0, « infobésité » et « journageeks »… Bienvenue dans l’ère de la sur-information !

En prenant appui sur son expérience lors de deux affaires majeures Kerviel et Clearstream, Patricia Chapelotte, experte en communication de crise, pose les règles de la communication sous contrainte judiciaire et en décrypte les enjeux. Extraits de « De Kerviel à Clearstream : l’art de communiquer lors des grands procès »
Les nouveaux médias et en particulier les médias sociaux ont changé le rapport des gens à l’information, certains parlent aujourd’hui de phénomène d’infobésité pour traduire l’anglais information overload. On parle de façon générale d’une sur-information, qui suggère aussi « l’ingestion par un sujet d’une quantité excessive d’informations qu’il ne parvient pas à digérer et à éliminer, faisant alors de la rétention d’information (au sens médical d’information), au détriment de son agilité intellectuelle et de son confort documentaire», note Brice de Gliame, expert des questions de nouvelles technologies.

Lire la suite


Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :